Possible Rupture du ligament croisé – Que faire ?

Je vous explique ici comment vivre une rupture du ligament croisé, comment on s’assure que s’en est bien une et quelles sont les erreurs à éviter.

Dans un post précédent, je vous explique comment je me suis rompu le ligament, les questions que je me posais et les recommandations que j’ai eues.

Dans ce post, je vous raconte la suite : mon parcours et les réponses à ces questions.

Possible Rupture du ligament croisé - Que faire ?

Parcours et erreurs

N’ayant pas la moindre idée de ce que je devais faire, j’ai gardé l’attelle en permanence excepté la nuit ou ceux où je mettais de la glace, je me lavais…

Pas très pratique surtout que c’était pas la meilleure des choses à faire. 

Je n’ai pas osé bouger ma jambe pendant plus d’une semaine !

À mon retour, je suis allé faire mon IRM comme demandé (9 jours après l’incident). 

Toujours pas clair tout ça. Ils sont presque sûr que c’est une rupture du ligament croisé antérieur gauche mais il continue à dire “probable”. 

J’ai un rendez-vous prévu avec un médecin du sport, je me dis que j’aurai plus de réponse.

J’en ai bien eu mais pas sur ça. Toujours pas de certitude si c’est rompu ou non. 

Le médecin m’explique le résultat de l’IRM : ce qui est blanc c’est du liquide, du sang mais il n’est pas conseillé de ponctionner car ça aide à la cicatrisation. Les clichés du ligament croisé ne sont pas très lisible mais avec les autres il me dit qu’il y a de grandes chances (si on peut parler de chance) que ce soit une rupture. 

Ce qui est important c’est que je me débarrasse des béquilles au plus vite et dans un premier temps de l’attelle. 

Il pense que d’ici un mois je pourrais remarcher sans rien mais que pour le ski je devrais attendre 1 ans et refaire un peu de kiné avant. 

Il m’a demandé si j’étais sportive ou non. J’en fais un peu mais pas énormément, il m’a donc dit qu’il ne recommande pas l’opération. Apparemment on peut se passer de ce ligament.

Il m’a dit de voir avec la rééducation si je retrouve la stabilité et que j’arrive à tout faire normalement et si c’est le cas je pourrais m’en passer. Que le plus important c’est que je me rééduc pour recréer du muscle et me débarrasser des béquilles au plus vite.

Sur la table d’examen il m’a fait m’allonger pour voir l’état du genou. Un peu gonflé mais beaucoup moins qu’au début. Il m’a montré que je pouvais plier la jambe, chose que je n’avais plus fait depuis plus d’une semaine par peur d’avoir mal. 

En une semaine d’inaction, j’ai perdu 2,5 cm de muscles.

Le médecin m’a recommandé de prendre des séances de kiné au plus vite et m’a donné un petit mémo technique pour savoir comment monter ou descendre des marches en béquilles: on monte au paradis, on descend en enfer

On monte en s’appuyant d’abord sur la jambe non malade, on descend en posant d’abord le pied du côté du genou abîmé. 

J’ai pris le jour même rendez-vous avec une kiné. 

La kiné et les prochaines étapes

matériel de rééducation

Au regard du compte rendu de l’IRM, la kiné m’a conseillé de prendre rendez-vous avec un chirurgien orthopédiste pour être fixé et m’en à recommandé des bons sur Paris. Sans ça on restera sur un inconnu et si c’est vraiment une rupture, il serait mieux selon elle d’opérer. 

Sur la table d’examen, je m’assois puis elle me demande de plier autant que je peux la jambe. J’arrive à plier mais très peu, alors elle m’aide et je la plie à plus de 90 degrés sans douleur. Elle pousse encore un peu, là j’ai un peu mal mais je vois que c’est possible. 

Prochaine étape : le massage. 

Avant cela elle me met des pattes sur le genou relié à une machine qui fait des petits fourmillements, un électrostimulateur

Grâce à ça elle peut me masser sans douleur pour diminuer le gonflement du genou. 

Ensuite elle me fait faire des exercices de marche sans attelle

C’est dingue, en à peine une semaine et demi j’ai déjà oublié comment marcher correctement. Ce qui est important c’est de ne surtout pas garder la jambe immobile. Il est possible de s’appuyer dessus. De plier le genou, de tenir debout sans béquille, de sauter… Le seul frein peut-être la douleur mais il n’y a pas de risque.

La première étape c’est de retrouver la mobilité de la jambe et du genou : pouvoir marcher. 

La prochaine sera le renforcement musculaire.

Résumé

pour résumer ce qu’il faut faire pour vivre une rupture du ligament croisé

  • Suivre le traitement indiqué
  • Mettre de la glace au minimum trois fois par jour (très important, ça aide vraiment le genoux à dégonfler)
  • Faire de la kiné 
  • Bouger la jambe et le genou pour ne pas perdre le muscle (moins il y a de muscles plus la rééducation est longue) 
  • Faire l’IRM 
  • Voir un chirurgien orthopédiste pour ne plus avoir de doute sur la gravité de l’entorse (fini les “possible”, “presque sûr”, “il y a de grandes chances…)
  • Continuer la kiné jusqu’à ce que ce ne soit plus recommandé
  • Continuer à muscler même après qu’il n’y ait plus de séances de kiné

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *